L'AGV : taillée pour les hautes vitesses

 

En 2005, au plus fort de la crise touchant l'entreprise, les dirigeants d'ALSTOM se lancent dans un audacieux pari : développer une nouvelle génération de train à grande vitesse pour succéder à la famille 1 niveau (TGV Atlantique / Réseau). Le concept de l'AGV est né.

Autre pari audacieux : pousser le développement jusqu'à la réalisation d'un train prototype de 7 véhicules, qui permettra de valider totalement les concepts (pour certains révolutionnaires) de l'AGV.

Fin 2007, la première quadriplette est assemblée, et une longue période d'essais statiques démarre. La mise en rame complète a lieu au tout début de 2008, avec en vue une étape importante : la présentation aux médias du train prototype, baptisé PEGASE, en présence du Président de la République Française. Soigneusement gardé secret, le design du bout avant est révélé le 05 février 2008 lors d'un grand show à Aytré, son lieu de naissance dans la périphérie de La Rochelle.

Ce "reveal" n'était cependant pas une fin, mais le début de la vie au grand jour de PEGASE, qui va poursuivre ses essais statiques intensifs, entrecoupés de quelques roulages à basse vitesse sur les 1500 m de la voie d'essais du site de Bellevue, à quelques encâblures de la gare rochelaise.

Dès le début s'est posé le problème de la validation dynamique d'une rame taillée pour les hautes vitesses. Les nombreuses innovations dont a bénéficié PEGASE nécessitaient, avant de se lancer sur les voies d'un réseau national, de trouver un domaine d'essais permettant d'effectuer les inévitables mises au point sans perturber un trafic commercial. Et un domaine qui plus apte à des vitesses suffisamment élevées pour que les essais revêtent un caractère significatif. L'anneau d'essais de Valenciennes étant limité à 80 km/h et celui de Wildenrath ne présentant évidemment pas toutes les garanties de confidentialité (!...), le site de Velim, en République Tchèque, s'est avéré comme le terrain d'essais idéal, avec son grand anneau de 13.2 km autorisé à 200 km/h.

C'est ainsi que le 14 mai 2008, PEGASE quitte l'usine qui l'a vu naître pour un long voyage jusqu'en Bohème, où il a pris ses quartiers d'été pour 4 mois d'essais intensifs (à raison de 16 heures par jour).

Ayant activement participé à la définition, la conception et la validation statique du système de freinage de l'AGV - et donc de PEGASE - il était évident que je devais aller voir sur place ce qu'il "avait dans le ventre"... Aussi je pris le chemin de la grande plaine de Bohème fin juin pour une première session de 2 semaines, avant d'y retourner fin juillet pour 2 nouvelles semaines. L'occasion de pouvoir enfin mettre en boîte ce bel oiseau !

Voici donc en quelques vues la vie quotidienne de PEGASE à Velim...

 


Le nouveau design du bout avant est une des caractéristiques principale de l'AGV. Cette vue de profil permet d'appréhender la forme de ce bout, taillé pour offrir le moins de résistance aérodynamique possible tout en intégrant un module d'absorption d'énergie de crash très performant. L'esthétique n'est pour autant pas sacrifiée...

24 juin 2008  




 

Vue d'ensemble de la rame sur la voie du grand anneau. Les herbes folles masquent un peu les bas de caisses, mais bon...

24 juin 2008  

 



Vue de 3/4 face, le design tranche très nettement avec celui des TGV.

24 juin 2008  




 

Plan rapproché sur le véhicule d'extrémité, véritable nouveauté de l'AGV puisque la motorisation répartie a abouti à la disparition des motrices.

24 juin 2008  

 


 

Fin de journée en Bohème : PEGASE va regagner sa tanière nocturne jusqu'au lendemain.

24 juin 2008  

 



Vue de face et en contre-plongée sur le nez de PEGASE, et sa bande noire caractéristique ; l'occasion aussi de distinguer la verrière inspirée, paraît-il de celle du chasseur américain F15.

24 juin 2008  

 


 

La bête de somme du centre d'essais de Velim : ce diesel série 740 des chemins de fer tchèques est détaché à demeure au centre d'esais pour assurer les manoeuvres des matériels roulants entre les halls et voies d'essais.

24 juin 2008  

 


 

Première photo "en ligne" pour un passage à 200 km/h sous l'un des 4 ponts enjambant le grand anneau, lors d'essais de planage du pantographe : le pantographe avant n'est pas en contact avec la caténaire, l'effort exercé sur l'appareil par la vitesse étant mesuré en permanence. Le captage est donc assuré par le pantographe arrière.

27 juin 2008  

 


 

Vue de dos après passage sous le pont, filant sur l'un des deux longs alignements du grand anneau.

27 juin 2008  

 


 

Manoeuvre matinale pour PEGASE, qui émerge du HPZ derrière le 740 pour gagner l'anneau d'essais.

03 juillet 2008  

 


 

PEGASE et son associé dans l'environnement caractéristique du centre d'essais.

03 juillet 2008  

 


 

PEGASE vu depuis la cabine de conduite du 740, lors du refoulement vers la voie principale de l'anneau d'essais.

03 juillet 2008  

 


 

Un mois plus tard, nouveau contact avec PEGASE, qui arbore maintenant un imposant "pare-buffle" : le gibier est abondant dans le secteur, et la voie d'essais non protégée ainsi que e caractère prototype de la rame a conduit à limiter au minimum les pièces de rechange. Il n'y a donc pas de nez de rechange, et un choc avec un des nombreux chevreuils batifolant dans le secteur lui serait fatal, ainsi qu'à la présentation prévue fin septembre à INNOTRANS...

30 juillet 2008  

 


 

De nouveau quelques photos en ligne, à l'occasion de marches dédiées aux essais de la chaîne de traction.

08 août 2008  

 


 

Nouveau passage, avec vue de face cette fois-ci : à cette distance, le "pare-buffle" est plus discret.

08 août 2008  

 


 

Une dernière avant de regagner la France : au revoir PEGASE, et rendez-vous fin novembre pour les premiers runs à haute vitesse sur la LGV Est Européenne !

08 août 2008  

 

 

Après avoir été le clou de l'exposition INNOTRANS à Berlin fin septembre 2008 sur son trajet de retour vers la France, PEGASE entame le second volet de son programme de validation : se frotter aux grandes vitesses. ALSTOM met alors le paquet et réussit à convaincre Réseau Ferré de France de lui louer, ni plus ni moins, que 170 km de la ligne à grande vitesse Est Européenne (entre les gares Champagne-Ardenne et Lorraine-Louvigny, sur la voie même où fut battu le record du monde d'avril 2007 !), ce la nuit et durant le week-end. En effet, PEGASE n'étant pas homologué France et n'étant équipé d'aucun système de signalisation, il lui faut être seule sur son domaine d'essais. Bardée de chaînes de mesure mises en place par l'Agence d'Essais Ferroviaires (EURAILTEST), la rame entame le 21 novembre 2008 une campagne de 4 week-ends de 3 nuits qui la mèneront jusqu'aux 360 km/h, après une montée en vitesse ayant permis de valider les principales fonctions du train (captation, dynamique, traction, freinage, bruit, aérodynamique, etc...).

Bien qu'éprouvantes pour toutes les équipes à bord, ces nuits d'essais se sont révélées passionnantes et fructueuses, et le plaisir de pouvoir sprinter avec PEGASE jusqu'à ces hautes vitesses après tant de mois d'efforts a vite effacé la fatigue.de ces longues nuits.

Bien entendu, le caractère nocturne de ces essais et la nécessité de se trouver à bord ont fortement limité les possibilités photographiques. Vous trouverez donc ci-dessous quelques images "volées" au hasard des retournements entre deux marches.



PEGASE en cours de préparation pour sa seconde nuit d'essais, en gare de Champagne-Ardenne TGV.

22 novembre 2008  


 


La surveillance de la captation passe par la vidéo en direct, ce qui nécessite un éclairage du pantographe lors des essais nocturnes : une atmosphère tout à fait particulière dans la noire nuit champenoise. Et un aperçu, au travers des baies vitrées, des kilomètres de câbles utilisés pour les mesures embarquées !

Meuse TGV - 23 novembre 2008  


 


PEGASE prête au départ à Champagne-Ardenne TGV. Les deux boîtiers sur le nez sont destinées aux prises de vues pour le service  Com' d'ALSTOM

29 novembre 2008  

 



Toujours cette image fascinante du pantographe éclairé se détachant sur le ciel noir...

29 novembre 2008  


 


Un petit hommage aux deux soutières qui auront accompagné PEGASE durant ses transhumances entre le Technicentre de l'Ourcq, celui d'Epernay (où la rame stationnait entre deux nuits le week-end) et son domaine d'essais

Champagne-Ardenne TGV - 29 novembre 2008  

 



Dernier week-end d'essais à grande vitesse, et l'occasion de vues en gare de Meuse TGV lors d'un retournement dans le froid glacial de la campagne lorraine

13 décembre 2008  

 



PEGASE prête au retour vers Champagne-Ardenne TGV

13 décembre 2008  

 



Fin de nuit d'essais en gare de Champagne-Ardenne TGV : PEGASE attend ses accompagnatrices pour regagner Epernay

13 décembre 2008  

 



Autre plan de PEGASE en gare de Champagne-Ardenne TGV, alors que le TGV balai ne va pas tarder

13 décembre 2008  

 



La rame balai passée, la première 67200 va pouvoir s'engager voie 1 pour remonter jusqu'en tête côté Reims : au revoir PEGASE, et à l'année prochaine !

13 décembre 2008